Mandoobar, Paris a son temple des raviolis coréens

Une fois n’est pas coutume, nous allons parler de cuisine coréenne sur ce blog. Malheureusement, l’adresse ne se trouve pas à Nantes, la cité ligérienne étant piètrement pourvue en tables du Pays du Matin Calme, mais à Paris à deux pas de Saint-Lazare. C’est au Mandoobar que nous allons aujourd’hui et c’est (vraiment) délicieux.

Situé rue d’Édimbourg, Mandoobar fait partie de ces monomaniaques dont l’objectif dans la vie est de ne faire qu’une seule chose mais de la faire BIEN. On devrait bien s’entendre…

Dans ce restaurant de poche de brique et de bois aux lignes épurées, le chef Kim Kwang-Loc réalise sous nos yeux sa spécialité : le ravioli ou mandoo.

meilleur restaurant coréen de paris

Cousin du jiaozi chinois ou du gyoza japonais, le mandoo se base sur une pâte de blé et de farine de riz gluant fourrée aux légumes, à la viande ou aux crevettes par exemple.

Parce qu’il est hors de question de se disperser, la carte se compose très sobrement de 5 raviolis et de 3 tartares différents :

  • Gogui mandoo : porc/boeuf, tofu ciboule, pousse d’ail,
  • Kimchi mandoo : chou asiatique lacto-fermenté, porc, ail, tofu, piment,
  • Boulgogui mandoo : boeuf mariné à la sauce soja, tofu graines de sésame,
  • Tartare de boeuf rumsteak, sauce soja, huile de sésame (10€),
  • Tartare de thon, sauce soja, poudre de piment coréen et algues (11€).

Les raviolis sont proposés en version 6, 8 et 10 pièces avec un prix de départ à 8€ et un maximum à 14€. Plus que correct compte-tenu de la qualité d’exécution.

Ce soir-là, ce seront des Yatchee mandoo (chou asiatique, tofu ciboule et pousse d’ail), des Sewoo mandoo (crevette, tofu, coriandre, huile de sésame) et un tartare de daurade royale sarrasin et shiso qui composeront notre repas. Écart exceptionnel au régime végé. 🙂

Les Yatchee mandoo encore fumants
Et les Sewoo mandoo

Si la rigueur du Chef est décelable à l’œil nu, elle se confirme dès la première bouchée. Ces raviolis sont tout simplement délicieux. De la pâte moelleuse et délicatement élastique à la garniture parfaite en passant par les assaisonnements typiques qu’il est difficile de surpasser, nos mandoos sont presque de petites œuvres d’art.

Nous accompagnons cela d’un bol de riz (4€) mais surtout d’une salade coréenne au soja croquant, chou nature, poivron, radis jaune, pousse d’ail, jus de fruit de la passion et yuzu. La plus appétissante façon de se rafraîchir le palais.

salade coréenne au chou, soja, poivron, radis jaune et pousse d'ail

Hors de question de quitter la table sans nous faire notre propre avis sur le tartare du Chef. Nous partons sur la version dorade royale à l’épice coréenne Chopi, au sarrasin et au chiso.

tartare de dorade royale coréen

L’impression en bouche est à l’image du dressage : tout en finesse. Le poisson extra frais côtoie des condiments à la précision chirurgicale. Comme souvent, si simple et si complexe à la fois.

Nous avions conscience de ne pas venir chez Mandoobar pour les desserts mais terminer sur une délicieuse et intrigante glace à la coco « brûlée » ne se refuse pas !

Une crème glacée coco colorée au charbon

Pour la maturité de sa cuisine, son service remarquable, ses tarifs très démocratiques et son atmosphère détendue, c’est un oui-je-prends-mes-billets-de-train-pour-y-retourner-demain. Plus sérieusement, Mandoobar est tout ce que j’attends d’un restaurant. <3

Note importante : l’adresse (qui figure dans le Michelin et le Gault&Millau) peut accueillir une dizaine de couverts. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire… #bigo

Restaurant Mandoobar
7 Rue d’Édimbourg, 75008 Paris
Horaires : ouvert du mardi au samedi de 12h à 15h et de 19h30 à 23h
Téléphone : 01 55 06 08 53

Laisser un commentaire