Jah Jah by le Tricycle : pour le vegan rastafari, c’est un OUI (Paris)

Celui-là, je parie que vous ne l’aviez pas vu venir. Aujourd’hui, je vous fais découvrir un restaurant à la double curiosité : à la fois végan ET rastafari. J’ai nommé Jah Jah, petit frère du Tricycle.

Connaissez-vous la cuisine Ital ? Non ? Et bien moi non plus jusqu’à fouler le seuil de Jah Jah, une table végane située à quelques encablures de Château d’Eau à Paris.

Majoritairement végétarien voire végan, le régime Ital se base sur la Genèse et le Lévitique, proscrivant viande et alcool. S’il prône une cuisine saine, l’Ital est également une démarche spirituelle et vise à rapprocher son âme de Jah (forme abrégée de Dieu en hébreu).

Mais revenons à nos Wattouat. C’est sur la recommandation d’une végétarienne nantaise de confiance (j’ai nommé Marine) que j’ai décidé de passer chez Jah Jah pour le déjeuner.

Consciente de la popularité certaine du lieu, je m’y rends pour midi pile ce lundi-là. Pas de queue à l’horizon, le restaurant est pour nous (ça ne va pas durer 😉 ).

Nous sommes accueillis avec le sourire par nos hôtes et découvrons une adresse à l’ambiance définitivement rasta, de la déco jusqu’à la musique. Original et vraiment sympa !

restaurant jah jah by le tricycle à paris
Continuer la lecture

C.H.A.N.G, le thaï branché qui en a dans l’assiette à Paris

Cet article est le premier d’une série de quatre critiques faisant suite à un week-end prolongé à Paris. Si les tables que je vais vous présenter sont radicalement différentes les unes des autres, chacune côtoie l’excellence à sa façon. Autant vous le dire tout de suite, on n’était pas là pour coller des gommettes.

Commençons tout de suite avec un restaurant thaï repéré par une amie parisienne et logé dans le très chic quartier Opéra. Lâchez votre sac en papier et respirez tranquillement, on est dans le très abordable !

C.H.A.N.G est avant tout un bar résolument branché avec le Chef Alexandre Lam (ancien de Ferrandi) aux commandes du salé, Gérald Chahine (ex Ferrandi également) pour la partie sucrée et le barista d’un palace parisien (lequel, mystère) pour la carte des cocktails.

Crédits photos : Jacques CHAN Photography / Restaurant C.H.A.N.G Paris
Continuer la lecture

Ana M, un vent de fraîcheur Tex Mex souffle sur Paris 13

C’est d’un vrai petit coup de cœur dont je vais vous parler aujourd’hui avec une review d’Ana M, une adresse Tex Mex qui a fêté ses 3 printemps cette année.

Situé à deux pas du Boulevard Saint-Marcel, ce restaurant au style résolument new-yorkais revisite les grands classiques de la cuisine texan-mexicaine avec style et décontraction.

restaurant texan mexicain paris 13

Cet intérieur <3

Continuer la lecture

Rio Dos Camaraos, les délices de l’Afrique noire à Montreuil

Aujourd’hui, on prend la direction du Mali, du Sénégal ou encore du Cameroun avec une très jolie adresse à Montreuil. Après Yan Kady chez Fatou, c’est un autre paradis du mafé, du yassa et du ndole que nous retrouvons à Rio Dos Camaraos, métro Robespierre.

Tenu par le chef Alexandre Bella Ola et la pétillante Vicky, Rio Dos Camaraos propose une authentique cuisine africaine pour les petites occasions comme pour les grandes fêtes, nos deux acolytes se faisant un plaisir de recevoir de grandes tablées.

L’espace d’un battement de cils, la carte nous transporte en Afrique avec un choix de plats et de cocktails tous plus appétissants les uns que les autres.

Le restaurant propose ainsi :

  • le ndole camerounais, une variété d’épinard amer blanchit à plusieurs reprises mélangé à de l’arachide et accompagné de bœuf, de crevette ou de morue,
  • le yassa sénégalais, un confit d’oignon mariné au citron vert accompagné de poulet ou d’une darne de Capitaine,
  • le ragoût de gombos au poulet fumé ou à la morue,
  • le mafé malien, une sauce à base de pâte d’arachide agrémentée de choux et carottes au bœuf ou végétarien.

Ce soir-là, je choisis de tester le yassa végétarien et son riz blanc (14 euros). L’ensemble me parvient dans une petite marmite permettant de maintenir la préparation au chaud plus longtemps.

plat sénégalais chez rio dos camaraos à montreuil

Bien vite, je mêle l’oignon au riz et savoure un grand classique de la cuisine africaine légèrement relevé et plein de saveurs. Les légumes y sont frais et le tout très copieux et donc très abordable.

Tant et si bien que je suis contrainte de sauter la case dessert pourtant très prometteuse : tarte tatin à la banane, crème brûlée au citron vert (6,50 euros) ou le mystérieux Amour d’Afrique à partager (17,50 euros)…

Que vous aimiez la cuisine d’Afrique noire ou que vous soyez un nouveau venu, Rio Dos Camaraos vous régalera à coup sûr tant par ses plats concoctés avec passion et amour que par ses punchs maison et son accueil absolument délicieux. Le déplacement en vaut largement peine !

Rio Dos Camaraos
55 Rue Marceau
93100 Montreuil
Tél : 01 42 87 34 84

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Dersou, la cuisine fusion au pinacle (Paris 12ème)

Dans la lignée de l’émergence de la « nouvelle cuisine », la cuisine fusion a connu ses heures de gloire dans les années 80 et 90, permettant à des chefs du monde entier d’exprimer leur créativité pour le meilleur… et parfois pour le pire.

Le soufflé depuis longtemps retombé, la cuisine fusion tend à s’illustrer par des mélanges intéressants sur le papier mais souvent décevants dans l’assiette.

Vous l’aurez compris, je me méfie de la cuisine fusion comme de la peste. Mais quand une amie d’amour (en qui j’ai une confiance culinaire aveugle) me parle de Dersou et de son chef japonais, je n’hésite pas une seconde. Après tout, il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis.

Nous pénétrons donc dans un lieu au look industriel et totalement tendance où le chef et ses comparses, que je pense japonais eux aussi, s’affairent derrière le bar.

A la carte : tonkotsu ramen au porc ibérique, pita d’agneau tomate/chili, sashimi-don (sans saumon s’il vous plait !), burrata et haricots verts ou encore curry de poularde. Nous voilà en un instant citoyens du monde.

Je m’attaque plus sobrement au plat le plus accessible du restaurant à savoir la salade d’Annie Bertin, asperge blanche, ricotta et abricot (14 euros tout de même).

salade au restaurant dersou à paris Continuer la lecture