Takao Takano, deux étoiles venues du Japon à Lyon (3/3)

Après avoir testé une référence des bouchons lyonnais ainsi qu’une adorable coffeehouse, il était temps de découvrir ce que Lyon a vraiment dans l’assiette si on la titille un peu. Hors de question d’y laisser un mois de salaire pour autant. J’ai donc choisi d’opter pour le traditionnel menu du midi en semaine au sein d’un restaurant étoilé.

Doublement étoilé en réalité car c’est sur Takao Takano que mon choix s’est arrêté. Le chef japonais, qui a donné son nom au restaurant, y officie après une formation dans l’Hexagone. Au programme : une cuisine française à la rigueur et l’exigence nippones. Comprenez que chaque plat est à l’image des lieux : épuré et respectueux des matières. Et parce que la gastronomie n’est plus uniquement réservée à une certaine élite, Takao Takano propose son menu déjeuner imposé pour 35 honorables euros. Les plus fortunés pourront toutefois se tourner vers les grands frères à 65 et 100 euros.

Et comme dans tout restaurant récompensé par le guide rouge qui se respecte, nous débutons avec un amuse-bouche : le hareng fumé et son consommé de bœuf accompagné de champignons shiitake fumés.

amuse bouche takao takano Continuer la lecture

Le Garet, pour les amoureux du bouchon lyonnais (2/3)

Cet article est le second d’un triptyque consacré à Lyon. Il suit ma critique de la coffeehouse GiLuna et précède celle de l’étoilé Takao Takano.

Difficile de concevoir une visite à Lyon sans un ou deux passages dans les célèbrissimes bouchons. Mais parmi le pléthorique choix qu’offre la ville, il n’est pas toujours évident de s’y retrouver. Heureusement, quelques adresses de renom permettent au visiteur organisé de profiter du meilleur de la cuisine lyonnaise sans y laisser trop d’euros. Je dis organisé car il sera bien évidemment nécessaire de réserver parfois plusieurs semaines à l’avance. C’est le cas notamment au Garet, sis rue du même nom, bouchon plein à craquer sur ses deux étages.

Mais pas question de transiger sur le confort. Bien que sur-sollicité, le Garet met un point d’honneur à ne proposer qu’un seul service. La garantie d’une dégustation sans se presser. Si le restaurant propose une carte de grands classiques lyonnais (entre 9 et 11€ pour une entrée et 14 et 22€ pour un plat), on ne résiste pas à l’appel du menu Gnafron : entrée/plat/fromage/dessert à 26 petits euros.

A ce prix, notre menu est bien évidemment composé de choix très resserrés :

  • Salade du marché, saucisson chaud ou salade de cochonnailles en entrée,
  • Tablier de sapeur, andouillette au vin blanc ou quenelle de brochet en plat,
  • Cervelle de canut, fromage blanc ou demi Saint-Marcellin en fromage,
  • Crème caramel maison ou sorbet vigneron en dessert.

Notez que quelques propositions du jour sont également indiquées et peuvent être incluses dans le menu. C’est le cas de ce magnifique pâté en croûte de cochon ardéchois :

specialite lyonnaise de cochonaille Continuer la lecture

GiLuna, une coffeehouse latina à croquer à Lyon (1/3)

Cet article est le premier d’un triptyque dédié à la ville de Lyon. Et non, il ne s’agit pas d’un bouchon. Pour de la pure cuisine lyonnaire, rendez-vous sur mon article dédié au Garet. Pour la Grande Cuisine, c’est chez Takao Takano que ça se passe. 😉

Les meilleures trouvailles sont parfois celles que l’on fait par hasard. C’est le cas de la charmante coffeehouse lyonnaise GiLuna.

Pressés par le temps, mon accompagnateur et moi étions dans l’obligation de faire vite sans pour autant oublier de faire bien. Ni une ni deux, nous décidons de rendre visite à cette petite cantine vénézuélienne située à deux pas de la gare Perrache.

restaurant mexicain lyon

Un décor qui n’est pas sans rappeler celui d’Ana M à Paris

Continuer la lecture

Le Buerehiesel, une étoile brille au Parc de l’Orangerie

C’est en plein cœur du Parc de l’Orangerie à Strasbourg, au sein d’une vaste ferme à colombages du XVIIème siècle qu’exerce le talentueux Eric Westermann. Passionné par le produit et alsacien curieux, le Chef y propose une cuisine locale de saveurs qui n’oublie pas de s’inspirer de l’extérieur.

Logé dans un lieu d’exception, l’étoilé Buerehiesel constitue un passage obligé, ne serait-ce que pour sa superbe verrière donnant directement sur les grands arbres du parc. Un régal pour les yeux et une invitation à la sérénité.

Intérieur du restaurant Buerehiesel à Strasbourg

Photoshop : level 99

Continuer la lecture

Wistub Brenner, un tradi au top à Colmar

Début décembre, j’ai eu la chance de pouvoir passer 3 jours en Alsace pour profiter de la beauté des marchés de Noël de Strasbourg et de Colmar. Si vous ne connaissez pas, je vous recommande chaudement le voyage, surtout si vous êtes amateur/trice de décorations faites main, de bretzels artisanaux et de vin chaud. Mon album photo disponible sur Flickr vous donnera d’ailleurs un premier aperçu de l’ambiance.

Au même titre qu’il serait criminel de passer à côté d’une excellente crêperie en Bretagne, la Wistub (ou Winstub) traditionnelle est un passage obligé. Elle est à l’Alsace ce que le Bouchon est à Lyon : un lieu idéal pour tester les plats typiques de la région.

architecture typique alsacienne à colmar Continuer la lecture