Anne de Bretagne, l’étoile de la Plaine-sur-Mer

Vous me direz probablement que le jeu de mots était facile mais comment ne pas voir dans le Anne de Bretagne une lumière bienveillante ou un guide spirituel pour les gastronomes de la région ?

Car c’est bien une étoile au Guide Michelin que le restaurant arbore et honore avec une cuisine de terroir on ne peut plus technicienne.

Mais ce qui fait l’élégance de notre Duchesse, ce sont probablement ses formules déjeuner pensées pour satisfaire le plus grand monde. Avec un ticket d’entrée pour un menu entrée-plat-dessert à 39€ (du lundi au samedi s’il vous plaît !), l’inaccessible devient à notre portée le temps d’un repas. Et c’est justement de cette formule dont il est question aujourd’hui.

Avant toute chose, sachez qu’une formule à ce tarif comporte ce que j’ai beaucoup de mal à qualifier d’inconvénient : l’absence de choix. Le menu type « retour du marché » est en effet imposé par le Chef mais, de vous à moi, on ne prend pas grand risque non ?

Avec une très jolie vue sur la mer, difficile d’esquiver une cuisine de fraîcheur aux inspirations maritimes.

L’amuse-bouche nous fait plonger de suite dans « le grand bain » avec un corail de Saint-Jacques à l’algue, véritable shooter d’iode que j’ai accompagné d’un saké à la douceur incroyable (en supplément). <3

entrée restaurant étoilé anne de bretagne la plaine sur mer Continuer la lecture

Brunch 3 étoiles au Plaza Athénée à Paris

Plusieurs semaines après ma seconde visite au Plaza Athénée pour son désormais célèbre Brunch Haute Couture, il était plus que temps de faire part de mon expérience sur ce blog. Mais par où commencer tant l’entreprise semble monumentale ?

Plus qu’un gros petit-déjeuner, le Plaza propose un réel moment hors du temps dans un lieu qui, à lui seul, est un enchantement et nous fait oublier le tumulte de la vie parisienne.

Aparté : je tiens d’ailleurs à remercier sincèrement mes anciens collègues d’Aldebaran pour ce très très très beau cadeau de départ. Ils et elles se reconnaîtront. <3

brunch haute couture au plaza athénée

Avant toute chose, sachez que si vous souhaitez tester le brunch du Palace, il vous faudra d’une part vous y prendre un peu à l’avance et d’autre part, y aller le VENTRE VIDE. Car si le repas s’élève à 120 euros par tête tout de même, il n’en demeure pas moins absolument colossal.

Continuer la lecture

Il Ridotto, un étoilé à Venise (3/4)

Pas de passage en Italie sans un restaurant gastronomique digne de ce nom. Si Rosa Rossa nous avait donné un avant-goût du raffinement de la cuisine vénitienne, il était de bon ton de vérifier auprès d’un pilier de la scène culinaire de la Sérénissime.

Et lorsque ce pilier est étoilé Michelin et propose de surcroît un menu déjeuner à 28 euros, il aurait été quasiment criminel de se priver. Réservation est donc prise au Il Ridotto, quartier Castello, par une journée de canicule.

L’enseigne moderne abrite un nombre restreint de tables réparties dans deux pièces au décors lounge classique.

Le menu est composé de 3 tapas en guise d’introduction et du poisson ou de la viande du jour. Mais avant toute chose, place à l’irremplaçable Bellini, cocktail vénitien réalisé à base de Prosecco et de jus de pêche blanche, une vraie drogue.

cocktail vénitien prosecco et jus de pêche blanche

Continuer la lecture

Le Fouquet’s, la touche luxe qui manquait à La Baule

J’ai honte, oui j’ai honte. Honte d’avoir laissé mon appareil photo sur mon bureau alors même que j’avais pris le soin de réserver un déjeuner au Fouquet’s dont la carte a été élaborée en collaboration avec le patron des patrons : PIERRE F****** GAGNAIRE.

fail moon moon

Ce seront donc des clichés pris avec un smartphone vieux de plus d’un lustre qui illustreront cet article mais je vous promets de l’updater avec des photos dignes de ce nom bientôt.

Comme de nombreuses personnes, je venais au Fouquet’s avec certains a priori dont son équivalent parisien est pour beaucoup responsable : prix sous stéroïdes, planque des people et attrape-touristes.

Continuer la lecture

Le Galopin à Rennes, la force de l’expérience

Autant le dire tout de suite, si vous étiez en quête d’originalité pour un repas sur Rennes, this is not the article you are looking for. Après plusieurs années passées à me demander pourquoi je n’avais pas encore foulé le sol de l’une des plus célèbres enseignes de la capitale bretonne, il était temps de voir ce que le fameux Galopin a dans le ventre.

Adresse privilégiée des « stars » de passage autant que cantine++ des rennais, le Galopin fait la pluie et le beau temps dans les assiettes de Condate depuis 1965. Si le restaurant arbore les formes et couleurs d’une brasserie parisienne, la cuisine servie n’en demeure pas moins d’un certain standing.

La carte fait, quant à elle, la part belle aux crustacés et poissons (bar sauvage, cabillaud et plateau d’huîtres répondent présents) mais le chef n’a cependant pas oublié d’y faire figurer des classiques carnivores comme les escargots ou le magret ainsi que des éléments plus « tendances » comme la pata negra.

Si le ticket d’entrée pour les entrées, justement, est de 14 euros et que peu de plats sont proposés à moins de 20 euros, le menu en trois services à 29 euros mettra probablement tout le monde d’accord. Le Galopin nous propose ainsi de démarrer notre repas avec 8 huîtres creuses de Cancale ou un tartare de saumon cuit au sel en mille feuilles de Nori aux graines de sésame. Pas si tradi.

Ce seront de délicates pastillas de chair de crabe accompagnées de jambon Serrano et d’un mesclun à l’huile de cacahuètes pour cette fois.

pastillas de chair de crabe, jambon serrano et mesclun à l'huile de cacahuètes

Continuer la lecture