Le Fouquet’s, la touche luxe qui manquait à La Baule

J’ai honte, oui j’ai honte. Honte d’avoir laissé mon appareil photo sur mon bureau alors même que j’avais pris le soin de réserver un déjeuner au Fouquet’s dont la carte a été élaborée en collaboration avec le patron des patrons : PIERRE F****** GAGNAIRE.

fail moon moon

Ce seront donc des clichés pris avec un smartphone vieux de plus d’un lustre qui illustreront cet article mais je vous promets de l’updater avec des photos dignes de ce nom bientôt.

Comme de nombreuses personnes, je venais au Fouquet’s avec certains a priori dont son équivalent parisien est pour beaucoup responsable : prix sous stéroïdes, planque des people et attrape-touristes.

Continuer la lecture

Tokio Kitchen, quand le sushi s’invite à La Baule

Edit 23 avril : mauvaise nouvelle pour les amoureux du Japon, Tokio Kitchen vient de fermer ses portes. Le restaurant a laissé place à une très jolie enseigne de Fish and Chips. Un autre style mais la même exigence de qualité.

Si la côte ne manque pas d’enseignes spécialisées dans les poissons et autres fruits de mer comme Le Lénigo au Croisic ou bien le 14 Avenue à La Baule (dont je vous parlerai probablement cette année), le moins que l’on puisse dire, c’est que le Japon n’est pas encore arrivé jusqu’ici bien que le cadre s’y prête aussi bien, sinon plus qu’ailleurs.

Pourtant, un couple franco-japonais a décidé de sauter le pas et d’offrir à ce coin de l’Atlantique un peu de saveurs nippones avec ce que la mer apporte localement.

Sushis, sashimis, makis standards et makis californiens sont donc au rendez-vous avec la possibilité de commander à la pièce ou à l’assortiment. Et Franck et Kana ont tout prévu puisque figurent sur la carte des « assiettes » individuelles de 8/10 pièces ainsi que des plateaux comme le plateau makis (38 euros) composé de 36 makis et 6 sushis ou encore le plateau Découverte (43 euros) composé de 14 sushis et 24 makis.

Avec ses 6 sushis et makis, l’assortiment Kaze (16 euros) me donnera un aperçu intéressant des compétences de sushi-woman de Kana.

Restaurant japonais Tokyo Kitchen à La Baule

Continuer la lecture

Crêperie La Ribote à La Baule, s’il ne devait en rester qu’une

Après plusieurs mois de diète, il est temps de remettre le couvert pour quelques préparations traditionnelles bretonnes. Si la crêperie Fleur de Sel à Batz-sur-Mer constituait une option très satisfaisante (quoiqu’un peu frugale), il convenait de sauver l’honneur de la baie et de trouver un point de chute de qualité à La Baule ou environs.

Sans tergiverser, je dirai que c’est chose faite avec La Ribote, située dans la célèbre avenue Lajarrige. Avec une cuisine totalement ouverte, le chef nous régale alors que nous n’avons même pas encore commandé. Je suis avec attention le balai des louches de pâte à galettes et crêpes du chef et des petits bols d’ingrédients apportés depuis le sous-sol par sa compagne. Proximité oblige, je pars sur une galette nantaise composée sans surprise de curé nantais mais également de lard et d’oignons.

creperie la ribote à la baule escoublac Continuer la lecture

Le Restaurant (hôtel La Mascotte) à La Baule, sobre mais efficace

Voilà un patronyme qui ne prête pas à confusion. Installé il y a un peine un an au sein de l’hôtel la Mascotte à quelques pas de la mer, Le Restaurant se pose comme la nouvelle adresse de ce quartier chic de La Baule.

restaurant gastronomique à la baule en loire atlantique

Pas question pour autant de se prendre au sérieux puisque l’enseigne propose une formule entrée-plat-dessert le midi pour à peine 22 euros. La même formule est également valable le soir pour 30 euros. Fort d’un prix plus que raisonnable, le Restaurant peut également se targuer de proposer chaque jour un menu différent suivant les trouvailles du marché, le tout pour une cuisine placé sous le signe de la fraîcheur et de la sobriété.

Continuer la lecture

Au P’tit Bouchon Gourmand, le poumon de La Baule

Édit décembre 2015 : c’est avec tristesse que j’ai appris la semaine passée la fermeture du Bouchon Gourmand et le départ des « Christian » pour Marrakech. Nul doute que cette fermeture va laisser un grand vide dans le cœur de beaucoup de baulois. Bon vent les Christian !

J’ai conscience de m’attaquer à un monument de la gastronomie bauloise mais il semble juste impossible de passer à côté tant l’adresse est incontournable.

Avec son intérieur délicieusement désuet, ses clichés des tenanciers accompagnés de célébrités d’une époque révolue et sa playlist mariant les classiques des années 40/50 aux hits des 80’s, le P’tit Bouchon Gourmand nous offre un véritable voyage dans le temps. Un doux vent de cabaret parisien souffle dans la salle aux velours pourpres poussé par le fantasque Christian et son ami.

restaurant traditionnel en loire atlantique

Many cosiness

Continuer la lecture