Tokio Kitchen, quand le sushi s’invite à La Baule

Edit 23 avril : mauvaise nouvelle pour les amoureux du Japon, Tokio Kitchen vient de fermer ses portes. Le restaurant a laissé place à une très jolie enseigne de Fish and Chips. Un autre style mais la même exigence de qualité.

Si la côte ne manque pas d’enseignes spécialisées dans les poissons et autres fruits de mer comme Le Lénigo au Croisic ou bien le 14 Avenue à La Baule (dont je vous parlerai probablement cette année), le moins que l’on puisse dire, c’est que le Japon n’est pas encore arrivé jusqu’ici bien que le cadre s’y prête aussi bien, sinon plus qu’ailleurs.

Pourtant, un couple franco-japonais a décidé de sauter le pas et d’offrir à ce coin de l’Atlantique un peu de saveurs nippones avec ce que la mer apporte localement.

Sushis, sashimis, makis standards et makis californiens sont donc au rendez-vous avec la possibilité de commander à la pièce ou à l’assortiment. Et Franck et Kana ont tout prévu puisque figurent sur la carte des « assiettes » individuelles de 8/10 pièces ainsi que des plateaux comme le plateau makis (38 euros) composé de 36 makis et 6 sushis ou encore le plateau Découverte (43 euros) composé de 14 sushis et 24 makis.

Avec ses 6 sushis et makis, l’assortiment Kaze (16 euros) me donnera un aperçu intéressant des compétences de sushi-woman de Kana.

Restaurant japonais Tokyo Kitchen à La Baule

Continuer la lecture

Yanasé, une lueur d’espoir nippone à Paris 15

Les amateurs de cuisine japonaise savent combien il est difficile de trouver son bonheur malgré le choix apparemment pléthorique offert par la capitale. Malheureusement, toutes les enseignes ne se valent pas. Les contrefaçons sont nombreuses, presque autant que les ersatz. Alors quand on me propose de tester un énième restaurant japonais qui fait « de la vraie cuisine du Japon », je dubite un peu forcément.

Je passe la porte dudit Yanasé et découvre un lieu aux lignes et aux couleurs familières. L’endroit est résolument épuré. Le bois règne en maître. Les tables sont organisées autour d’un plan central réservé à la préparation des sushis, sashimis et autres makis. Le cœur se serre et l’esprit se prend de nostalgie. Pas de doute, nous sommes sur la bonne voie mais ne crions pas victoire trop vite. 

restaurant japonais traditionnel Yanasé

Continuer la lecture

Happa Tei, un bout d’Osaka rue Sainte-Anne à Paris 2

Les amateurs de cuisine japonaise ont pour habitude de se réunir midi et soir rue Sainte-Anne et dans les environs, véritable triangle d’or situé dans les beaux quartiers.

On regrettera néanmoins que les enseignes se suivent et se ressemblent : Kintaro, Higuma, Hokkaido. La place est majoritairement faite aux ramens et pas toujours pour le meilleur.

Pour ceux qui souhaitent découvrir des spécialités plus locales et plus particulièrement d’Osaka, direction Happa Tei un peu plus haut dans la rue.

Restaurant japonais paris opéra spécialités d'osaka Continuer la lecture

Sanukiya, le meilleur Udon de la capitale à Paris 1

Le titre est racoleur je le conçois mais tant qu’on ne me placera pas face à de meilleures udon (nouilles à base de farine de blé), je camperai sur mes positions. Sanukiya propose bien les meilleures udon qu’il m’ait été donnée de tester à Paris et de loin. Même le sacro-saint Kunitoraya (usine à udon s’il en est) ne lui arrive pas à la cheville. Ce qui a d’ailleurs valu à Sanukiya de trouver sa place dans le Michelin l’année passée.

Vous avez peut-être déjà noté qu’on peut également manger au comptoir et regarder le personnel s’affairer sur le bol tant attendu. La Kirin peut également être servie pression. Comme au pays. Ikimasho !

restaurant sanukiya paris opéra zen

Continuer la lecture

Kagayaki, un vrai teppan à Paris !

Je me devais de faire une chronique un jour ou l’autre sur ce qui semble être l’une des découvertes les plus improbables du 3ème arrondissement : Kagayaki. De l’extérieur, le restaurant teppan (cuisine sur plaque chauffante) trompe complètement son monde. L’enseigne a tout du restaurant japonais de quartier tenu par les plus nippons des chinois (avec toute la sympathie que j’ai pour ces derniers, qu’on s’entende je n’irais pas non plus manger un canard laqué rue Saint-Anne).

Restaurant japonais teppanyaki Kagayaki Paris

Continuer la lecture