Le Fouquet’s, la touche luxe qui manquait à La Baule

J’ai honte, oui j’ai honte. Honte d’avoir laissé mon appareil photo sur mon bureau alors même que j’avais pris le soin de réserver un déjeuner au Fouquet’s dont la carte a été élaborée en collaboration avec le patron des patrons : PIERRE F****** GAGNAIRE.

fail moon moon

Ce seront donc des clichés pris avec un smartphone vieux de plus d’un lustre qui illustreront cet article mais je vous promets de l’updater avec des photos dignes de ce nom bientôt.

Comme de nombreuses personnes, je venais au Fouquet’s avec certains a priori dont son équivalent parisien est pour beaucoup responsable : prix sous stéroïdes, planque des people et attrape-touristes.

Heureusement, j’avais également entendu du bien du travail du chef malgré des tarifs toujours élevés. Vérifions-ça avec un déjeuner en semaine.

Au premier abord, les tarifs peuvent effectivement donner quelques frissons avec un ticket d’entrée :

  • de 15 euros pour les entrées avec le potage de légumes du jour,
  • de 25 euros pour les plats avec le saumon grillé et pâte d’oseille à la framboise,
  • et des desserts à 15 euros.

Heureusement, Le Fouquet’s propose une formule déjeuner à 36 euros très honnête avec entrée-plat-dessert-café et 1/2 bouteille d’eau. Les plus petits budgets pourront même opter pour son équivalent entrée-plat ou plat-dessert pour 29 euros. Pas si guindé !

C’est parti pour une très belle assiette de la mer pour débuter avec le saumon fumé maison, carottes fanes, granité vodka et œufs de saumon. D’entrée de jeu (ah ah), Le Fouquet’s se place au top. Le saumon, fumé maison avec délicatesse, est excellent. Le granité tout léger apporte une grande fraîcheur en bouche et les œufs me rappellent à de beaux souvenirs nippons. Vraiment impeccable.

entrée au Fouquet's à La Baule

Je ne vous ferai pas languir, la suite étant au même niveau que notre saumon. Au menu, un magret de canard accompagné de « biscuit » de foie gras (sûrement mon seul écart des 10 prochaines années), petits pois mange-tout, pépins de melon (oui oui) et crème de courgette à la menthe.

Un bien joli plat du jardin tout en douceur avec un superbe canard et deux petites mousses très gourmandes. Mais mon coup de cœur revient aux pépins de melon dont j’ignorais qu’ils fussent comestibles. Délicieux.

plat au fouquet's à la baule

Le dessert est toujours un moment délicat lors d’un repas gastronomique et pourtant, Le Fouquet’s s’en sort une nouvelle fois très haut la main. Décidément, Pierre Gagnaire et le chef font des merveilles.

Voici donc Babette, la panna cotta à l’eau de rose, framboise et litchi et son sorbet à l’eau de vie de framboise. Amatrice de panna cotta et de tout ce qui peut avoir de près ou de loin le goût de la rose, je suis totalement ravie. Mais ne vous y trompez pas. Si ce dessert est résolument girly, il en a sous le capot. A la fois doux, frais, croquant et fondant, il pourrait vite devenir mon chouchou. Seul petit bémol : les macarons qui ne font pas honneur au dessert mais n’est pas Pierre Hermé qui veut.

dessert au fouquet's à la baule

Je n’ai pas pris le soin de mentionner la qualité du service, élégant et détendu, et l’excellence de la cave car cela va presque de soi.

Si le Fouquet’s demeure un peu plus cher que certains de ses homologues, je ne peux néanmoins que féliciter l’initiative. Le restaurant est situé dans un lieu d’exception, l’hôtel 5 étoiles Le Royal, et revendique un standing un peu absent des tables bauloises jusqu’alors. Longue vie au Fouquet’s !

Restaurant Le Fouquet’s
6 Avenue Pierre Loti
44500 La Baule-Escoublac
Tél : 02 40 11 48 48

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2 réflexions au sujet de « Le Fouquet’s, la touche luxe qui manquait à La Baule »

Laisser un commentaire