Dersou, la cuisine fusion au pinacle (Paris 12ème)

Dans la lignée de l’émergence de la « nouvelle cuisine », la cuisine fusion a connu ses heures de gloire dans les années 80 et 90, permettant à des chefs du monde entier d’exprimer leur créativité pour le meilleur… et parfois pour le pire.

Le soufflé depuis longtemps retombé, la cuisine fusion tend à s’illustrer par des mélanges intéressants sur le papier mais souvent décevants dans l’assiette.

Vous l’aurez compris, je me méfie de la cuisine fusion comme de la peste. Mais quand une amie d’amour (en qui j’ai une confiance culinaire aveugle) me parle de Dersou et de son chef japonais, je n’hésite pas une seconde. Après tout, il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis.

Nous pénétrons donc dans un lieu au look industriel et totalement tendance où le chef et ses comparses, que je pense japonais eux aussi, s’affairent derrière le bar.

A la carte : tonkotsu ramen au porc ibérique, pita d’agneau tomate/chili, sashimi-don (sans saumon s’il vous plait !), burrata et haricots verts ou encore curry de poularde. Nous voilà en un instant citoyens du monde.

Je m’attaque plus sobrement au plat le plus accessible du restaurant à savoir la salade d’Annie Bertin, asperge blanche, ricotta et abricot (14 euros tout de même).

salade au restaurant dersou à paris Continuer la lecture

Kotteri Ramen Naritake, le ramen véritable investit Paris

Le doute n’est à présent plus permis. Après avoir testé Ippudo, représentant du (vrai) goût japonais à Paris, ce passage chez Naritake confirme que les ramens comme nous pouvons les savourer au Japon commencent à investir la capitale. ENFIN !

Exit les pâtes réhydratées baignant dans un bouillon clairsemé. Place aux pâtes fraîches et à un bouillon épais et laiteux réalisé sur place à partir d’os de porc.

A l’image d’Ippudo, Naritake emmène ses clients droit au but avec une carte hyper resserrée de deux types de ramens déclinés en cinq variantes : les ramens à base de sauce soja et les ramens à base de pâte de soja fermentée (miso). TRÈS copieux, ses ramens sont également accessibles avec un prix de départ à 10 euros pour un bol simple.

Afin d’avoir le meilleur aperçu possible des ramens de Naritake, je pars sur un porc braisé Chashu (13 euros) avec un supplément œuf mollet mariné (un euro). D’autres suppléments sont disponibles comme le beurre (un euro), la ciboulette pimentée (deux euros) ou la grande portion de nouilles (trois euros). Si vous optez pour la dernière option, c’est que vous n’avez rien mangé depuis quatre jours. Vous êtes prévenu(e)s.

nouilles japonaises à paris chez naritake

Continuer la lecture

Ippudo, peut-être le meilleur ramen de Paris

Je dis peut-être car je n’ai pas encore testé Naritake dont on m’a dit le plus grand bien mais tout de même…

Si vous ne le savez pas, Ippudo est une chaîne de ramen très populaire au Japon. Depuis quelques années, le concept s’exporte à l’image de l’excellentissime Din Tai Fung taïwanais. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Ippudo ne vole pas sa réputation. J’ai eu la chance d’y aller une première fois à Kyoto et c’est une véritable claque que j’ai reçue ce jour-là tant les ramens d’Ippudo sont excellents, des nouilles jusqu’au bouillon. Le challenge était donc de taille lors d’une première implantation en France.

logo du restaurant japonais Ippudo Continuer la lecture

Le Capri, pizzeria miraculeuse à Montreuil

Une Napolitaine ou une Quatre Fromages à quelques mètres d’une autoroute, cela vous tente ? Dit comme cela, il y a de grandes probabilités que non mais attendez de voir la suite…

En quête d’un hypothétique restaurant ouvert un vendredi 11 novembre à Montreuil, je compose plusieurs numéros jusqu’à celui du Capri, pizzeria située dans le haut Montreuil. Lorsque l’on m’annonce qu’une table est disponible pour 19h30, je n’hésite pas.

Nous entrons dans cette pizzeria à l’apparence on ne peut plus classique accueillis avec de grands sourires par le personnel en présence.

Très vite, la carte nous parvient et nous découvrons le choix de pizzas. Une mention attire mon attention de suite : « pâte fine avec 2 jours de fermentation ».

Voyons ce que cela donne dans l’assiette avec une Di Parma composée de tomate, mozzarella, jambon de Parme, œuf, tomate cerise et roquette (13 euros, la plus chère de la carte).

Si cette pizza est visuellement très appétissante, elle est également une vraie réussite gustative. La pâte est fine et moelleuse, la mozzarella a un réel goût de mozzarella (comprenez qu’il ne s’agit pas de « fromage analogue »), le jambon de Parme d’origine italienne est également de bonne facture et la roquette de première fraîcheur. Une très très belle pizza vraiment !

pizza tomate, mozarrella, jambon de Parme, oeuf, tomate cerise, roquette

Les aficionados retrouveront également les traditionnels Marguerita, Regina, Quattro Stagioni et Calzone aux côtés de pizzas plus originales comme la charcutière, la nordique ou encore l’excellente Julia à pâte blanche testée par un de mes accompagnateurs.

Le Capri propose également des pastas, escalopes milanaises et plats de poisson qui ne demandent qu’à être essayés.

Soyons clairs, vous n’emmènerez pas l’élu(e) de votre cœur au Capri si vous n’habitez pas à Montreuil (à moins que vous soyez un fou de pizza et je ne vous juge pas) mais si vous êtes à la recherche d’une pizzeria digne de ce nom pouvant accueillir des grands groupes, je ne peux que vous encourager à faire le déplacement !

Capri, ce n’est que le début (oh oh oh).

Le Capri
17 Rue Fernand Combette
93100 Montreuil
Tél : 01 42 87 30 22

Enregistrer

Enregistrer

Brunch 3 étoiles au Plaza Athénée à Paris

Plusieurs semaines après ma seconde visite au Plaza Athénée pour son désormais célèbre Brunch Haute Couture, il était plus que temps de faire part de mon expérience sur ce blog. Mais par où commencer tant l’entreprise semble monumentale ?

Plus qu’un gros petit-déjeuner, le Plaza propose un réel moment hors du temps dans un lieu qui, à lui seul, est un enchantement et nous fait oublier le tumulte de la vie parisienne.

Aparté : je tiens d’ailleurs à remercier sincèrement mes anciens collègues d’Aldebaran pour ce très très très beau cadeau de départ. Ils et elles se reconnaîtront. <3

brunch haute couture au plaza athénée

Avant toute chose, sachez que si vous souhaitez tester le brunch du Palace, il vous faudra d’une part vous y prendre un peu à l’avance et d’autre part, y aller le VENTRE VIDE. Car si le repas s’élève à 120 euros par tête tout de même, il n’en demeure pas moins absolument colossal.

Continuer la lecture