La Chalá, des tapas du monde à Séville Andalousie 1/5

Il y a un peu plus d’un mois, j’ai eu la chance de parcourir l’Andalousie dans le cadre d’un road trip haut en couleurs et au programme chargé. Tour à tour, j’ai pu découvrir les charmes de Séville, Cordoue, Grenade, Malaga, Ronda et Cadix. Parce qu’on ne change pas une recette qui marche, l’ensemble des photos de ce périple est bien évidemment disponible sur Flickr à cette adresse.

Et parce qu’un voyage ne serait pas non plus vraiment complet sans expérience culinaire, je vous ai concocté une série de 5 articles avec autant d’adresses qui valent réellement que l’on s’y attarde. De la boulangerie de quartier au charme suranné au restaurant panoramique salué par le Guide Michelin, je vous emmène au pays des tapas, de la créativité et de la convivialité. ¡Vamos!

On commence ce voyage avec un restaurant de tapas de quartier résolument jeune et international. Situé sur une très jolie place au niveau de la Calle Alfonso XII, La Chala propose aux sévillans et aux touristes une carte de tapas à l’assiette dans un style à 90% fusion. Et ce n’est pas cet excellent thon au wakame et tempura de légumes qui me contredira :

tapas de atun la chala sevilla

Continuer la lecture

Rio Dos Camaraos, les délices de l’Afrique noire à Montreuil

Aujourd’hui, on prend la direction du Mali, du Sénégal ou encore du Cameroun avec une très jolie adresse à Montreuil. Après Yan Kady chez Fatou, c’est un autre paradis du mafé, du yassa et du ndole que nous retrouvons à Rio Dos Camaraos, métro Robespierre.

Tenu par le chef Alexandre Bella Ola et la pétillante Vicky, Rio Dos Camaraos propose une authentique cuisine africaine pour les petites occasions comme pour les grandes fêtes, nos deux acolytes se faisant un plaisir de recevoir de grandes tablées.

L’espace d’un battement de cils, la carte nous transporte en Afrique avec un choix de plats et de cocktails tous plus appétissants les uns que les autres.

Le restaurant propose ainsi :

  • le ndole camerounais, une variété d’épinard amer blanchit à plusieurs reprises mélangé à de l’arachide et accompagné de bœuf, de crevette ou de morue,
  • le yassa sénégalais, un confit d’oignon mariné au citron vert accompagné de poulet ou d’une darne de Capitaine,
  • le ragoût de gombos au poulet fumé ou à la morue,
  • le mafé malien, une sauce à base de pâte d’arachide agrémentée de choux et carottes au bœuf ou végétarien.

Ce soir-là, je choisis de tester le yassa végétarien et son riz blanc (14 euros). L’ensemble me parvient dans une petite marmite permettant de maintenir la préparation au chaud plus longtemps.

plat sénégalais chez rio dos camaraos à montreuil

Bien vite, je mêle l’oignon au riz et savoure un grand classique de la cuisine africaine légèrement relevé et plein de saveurs. Les légumes y sont frais et le tout très copieux et donc très abordable.

Tant et si bien que je suis contrainte de sauter la case dessert pourtant très prometteuse : tarte tatin à la banane, crème brûlée au citron vert (6,50 euros) ou le mystérieux Amour d’Afrique à partager (17,50 euros)…

Que vous aimiez la cuisine d’Afrique noire ou que vous soyez un nouveau venu, Rio Dos Camaraos vous régalera à coup sûr tant par ses plats concoctés avec passion et amour que par ses punchs maison et son accueil absolument délicieux. Le déplacement en vaut largement peine !

Rio Dos Camaraos
55 Rue Marceau
93100 Montreuil
Tél : 01 42 87 34 84

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Dersou, la cuisine fusion au pinacle (Paris 12ème)

Dans la lignée de l’émergence de la « nouvelle cuisine », la cuisine fusion a connu ses heures de gloire dans les années 80 et 90, permettant à des chefs du monde entier d’exprimer leur créativité pour le meilleur… et parfois pour le pire.

Le soufflé depuis longtemps retombé, la cuisine fusion tend à s’illustrer par des mélanges intéressants sur le papier mais souvent décevants dans l’assiette.

Vous l’aurez compris, je me méfie de la cuisine fusion comme de la peste. Mais quand une amie d’amour (en qui j’ai une confiance culinaire aveugle) me parle de Dersou et de son chef japonais, je n’hésite pas une seconde. Après tout, il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis.

Nous pénétrons donc dans un lieu au look industriel et totalement tendance où le chef et ses comparses, que je pense japonais eux aussi, s’affairent derrière le bar.

A la carte : tonkotsu ramen au porc ibérique, pita d’agneau tomate/chili, sashimi-don (sans saumon s’il vous plait !), burrata et haricots verts ou encore curry de poularde. Nous voilà en un instant citoyens du monde.

Je m’attaque plus sobrement au plat le plus accessible du restaurant à savoir la salade d’Annie Bertin, asperge blanche, ricotta et abricot (14 euros tout de même).

salade au restaurant dersou à paris Continuer la lecture

Kotteri Ramen Naritake, le ramen véritable investit Paris

Le doute n’est à présent plus permis. Après avoir testé Ippudo, représentant du (vrai) goût japonais à Paris, ce passage chez Naritake confirme que les ramens comme nous pouvons les savourer au Japon commencent à investir la capitale. ENFIN !

Exit les pâtes réhydratées baignant dans un bouillon clairsemé. Place aux pâtes fraîches et à un bouillon épais et laiteux réalisé sur place à partir d’os de porc.

A l’image d’Ippudo, Naritake emmène ses clients droit au but avec une carte hyper resserrée de deux types de ramens déclinés en cinq variantes : les ramens à base de sauce soja et les ramens à base de pâte de soja fermentée (miso). TRÈS copieux, ses ramens sont également accessibles avec un prix de départ à 10 euros pour un bol simple.

Afin d’avoir le meilleur aperçu possible des ramens de Naritake, je pars sur un porc braisé Chashu (13 euros) avec un supplément œuf mollet mariné (un euro). D’autres suppléments sont disponibles comme le beurre (un euro), la ciboulette pimentée (deux euros) ou la grande portion de nouilles (trois euros). Si vous optez pour la dernière option, c’est que vous n’avez rien mangé depuis quatre jours. Vous êtes prévenu(e)s.

nouilles japonaises à paris chez naritake

Continuer la lecture

Ippudo, peut-être le meilleur ramen de Paris

Je dis peut-être car je n’ai pas encore testé Naritake dont on m’a dit le plus grand bien mais tout de même…

Si vous ne le savez pas, Ippudo est une chaîne de ramen très populaire au Japon. Depuis quelques années, le concept s’exporte à l’image de l’excellentissime Din Tai Fung taïwanais. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Ippudo ne vole pas sa réputation. J’ai eu la chance d’y aller une première fois à Kyoto et c’est une véritable claque que j’ai reçue ce jour-là tant les ramens d’Ippudo sont excellents, des nouilles jusqu’au bouillon. Le challenge était donc de taille lors d’une première implantation en France.

logo du restaurant japonais Ippudo Continuer la lecture