Le Galopin à Rennes, la force de l’expérience

Autant le dire tout de suite, si vous étiez en quête d’originalité pour un repas sur Rennes, this is not the article you are looking for. Après plusieurs années passées à me demander pourquoi je n’avais pas encore foulé le sol de l’une des plus célèbres enseignes de la capitale bretonne, il était temps de voir ce que le fameux Galopin a dans le ventre.

Adresse privilégiée des « stars » de passage autant que cantine++ des rennais, le Galopin fait la pluie et le beau temps dans les assiettes de Condate depuis 1965. Si le restaurant arbore les formes et couleurs d’une brasserie parisienne, la cuisine servie n’en demeure pas moins d’un certain standing.

La carte fait, quant à elle, la part belle aux crustacés et poissons (bar sauvage, cabillaud et plateau d’huîtres répondent présents) mais le chef n’a cependant pas oublié d’y faire figurer des classiques carnivores comme les escargots ou le magret ainsi que des éléments plus « tendances » comme la pata negra.

Si le ticket d’entrée pour les entrées, justement, est de 14 euros et que peu de plats sont proposés à moins de 20 euros, le menu en trois services à 29 euros mettra probablement tout le monde d’accord. Le Galopin nous propose ainsi de démarrer notre repas avec 8 huîtres creuses de Cancale ou un tartare de saumon cuit au sel en mille feuilles de Nori aux graines de sésame. Pas si tradi.

Ce seront de délicates pastillas de chair de crabe accompagnées de jambon Serrano et d’un mesclun à l’huile de cacahuètes pour cette fois.

pastillas de chair de crabe, jambon serrano et mesclun à l'huile de cacahuètes

Continuer la lecture

Restaurant du Blavet, la bonne table de Hennebont (56)

De passage à Hennebont et prise d’un élan d’anti originalité total, je décide de tester une des meilleures enseignes de la ville située à quelques pas de la très jolie rivière du Blavet : le bien nommé…restaurant du Blavet.

Avec un intérieur plutôt modeste mais un accueil très chaleureux, le Blavet propose une cuisine française traditionnelle avec un soupçon d’ailleurs.

Ni une ni deux, je décide de partir sur un poisson, proximité géographique avec l’océan oblige mais c’est non sans élégance que notre hôtesse nous présente avant de commencer des amuse-bouches très réussis : une crème de légumes accompagnée de radis et de jambon de Vendée. A la fois douce, croquante et salée, cette verrine remplit parfaitement son rôle : nous mettre en appétit.

creme-legumes-radis-jambon-vendee Continuer la lecture

Ferme Auberge de France, le vrai terroir est à Guignen (35)

En cette période estivale, je vous propose une plongée en plein terroir. C’est dans le fin fond de l’Ille-et-Vilaine, à Guignen plus précisément, que se niche la Ferme Auberge de France. Le nom, qui en dit déjà long, n’est pas usurpé et il sera difficile de trouver circuit plus court tant la priorité est mise sur le fait-maison avec des produits du jardin et du poulailler.

C’est un peu de chez soi que l’on retrouve quelques secondes après avoir foulé la porte de la Ferme Auberge. Avec de beaux murs en pierres, deux grandes cheminées, de vastes tables en bois massif et une collection d’objets anciens, elle a tout de la résidence bretonne d’antan.

restaurant de cuisine traditionnelle en ille et vilaine

Accueilli avec le sourire par l’adorable fille des maîtres de maison et assis sur de rustiques chaises en bois et paille, on se sent de suite comme dans un cocon. Le voyage à la campagne peut commencer. Sans concession, j’opte pour la formule entrée-plat-dessert pour 19 petits euros, ce qui se révèlera en définitive être une idée moyennement bonne. Vous comprendrez vite pourquoi. :p

Continuer la lecture

Crêperie La Saint-Georges, passage obligé à Rennes

C’est lors d’un court passage à Rennes que j’ai pu ENFIN me rendre chez la star des crêperies locales : La Saint-Georges. Située dans une rue classée historique en plein cœur de la vieille ville, La Saint-Georges met à l’honneur crêpes et galettes dans un décor résolument contemporain et élégant, à contre-pied des traditionnelles enseignes rustiques à plafonds bas et pierres saillantes. Ses trois salles laissent la part belle au design et à des noms célèbres tels que Starck.

Armée seulement d’une petite faim, je décide de faire un saut pour le dessert. J’ouvre une carte très fournie et découvre un ensemble de propositions très créatives et pensées pour dépoussiérer l’univers de la crêpe. Je constate avec amusement que d’illustres Georges y sont rassemblés avec les galettes Georges Simenon, Georges Lucas ou encore Georges Moustaki.

Les crêpes, quant à elles, s’affichent comme irrésistiblement régressives avec des noms comme Kinder, Milka ou bien chamallow. Je ne peux cependant résister à l’appel de la frangipane maison avec la crêpe Amande. Après quelques minutes d’attente, le serveur me présente une assiette sobre composée d’une crêpe garnie de frangipane et de chocolat chaud et accompagnée de chantilly maison ainsi que d’une boule de glace au lait d’amande.

La base, à savoir la crêpe, est très réussie. A la fois croustillante sur les bords et moelleuse au centre, elle arbore une couleur presque rousse qui ne donne qu’une envie, dégainer la fourchette et en découdre. La frangipane, légère et très aérée, se mélange avec le chocolat encore chaud pour un grand moment de gourmandise. La glace au lait d’amande est tout en tendresse avec une texture onctueuse et une douceur en bouche.

crêperie saint georges à rennes rue des archives

Cette trop courte visite a donc été largement à la hauteur de mes espérances. La Saint-Georges remplit parfaitement son contrat avec de très beaux efforts sur la qualité des produits et des options novatrices tout en conservant l’humilité d’une crêperie classique. Je mettrai également un bon point pour le service impeccable et le souci du détail (je vous conseille de faire un tour aux toilettes…). Immanquable, sans surprises.

Crêperie La Saint-Georges
11 Rue du Chapitre
35000 Rennes
Tél : 02 99 38 87 04

Enregistrer

A La Duchesse Anne, le phare gastronomique de Saint-Malo

Pour une première visite en terres malouines, autant se tourner vers une valeur refuge de la ville corsaire. Direction La Duchesse Anne, installée au Nord-Est des murs de la cité. Avec plus de 60 ans d’existence, l’établissement ne semble pas avoir pris une ride : plafonds boisés dorés et élégants, mosaïques, casseroles en cuivre et grande terrasse donnant sur les pavés et l’agitation des fortifications.

restaurant gastronomique à Saint Malo

Si l’enseigne semble faire carton plein, pas question pour autant de se laisser griser par le succès et de prendre la grosse tête. Le premier menu, le menu du marché, s’affiche en effet à 24 euros. Pour les budgets plus conséquents, d’autres menus à 29, 35 et 46 euros sont proposés.

Ce menu « d’entrée de gamme » sera une parfaite introduction à la cuisine maritime et de tradition de La Duchesse Anne.

C’est tout d’abord avec un plaisir non dissimulé que nous retrouverons Bordier, saint patron du beurre, dès le début du repas. Croyez bien qu’avec une bonne tranche de pain frais, il n’y a pas mieux (ou pire ?) pour se mettre en appétit.

Continuer la lecture