Dersou, la cuisine fusion au pinacle (Paris 12ème)

Dans la lignée de l’émergence de la « nouvelle cuisine », la cuisine fusion a connu ses heures de gloire dans les années 80 et 90, permettant à des chefs du monde entier d’exprimer leur créativité pour le meilleur… et parfois pour le pire.

Le soufflé depuis longtemps retombé, la cuisine fusion tend à s’illustrer par des mélanges intéressants sur le papier mais souvent décevants dans l’assiette.

Vous l’aurez compris, je me méfie de la cuisine fusion comme de la peste. Mais quand une amie d’amour (en qui j’ai une confiance culinaire aveugle) me parle de Dersou et de son chef japonais, je n’hésite pas une seconde. Après tout, il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis.

Nous pénétrons donc dans un lieu au look industriel et totalement tendance où le chef et ses comparses, que je pense japonais eux aussi, s’affairent derrière le bar.

A la carte : tonkotsu ramen au porc ibérique, pita d’agneau tomate/chili, sashimi-don (sans saumon s’il vous plait !), burrata et haricots verts ou encore curry de poularde. Nous voilà en un instant citoyens du monde.

Je m’attaque plus sobrement au plat le plus accessible du restaurant à savoir la salade d’Annie Bertin, asperge blanche, ricotta et abricot (14 euros tout de même).

salade au restaurant dersou à paris Continuer la lecture

Mamm, des cookies made in Nantes et beaucoup d’amour

Lundi, j’ai eu la chance d’être conviée à un atelier présentation et dégustation par de véritables Petits Lu : l’équipe de Mamm Cookies.

Si vous ne connaissez pas Mamm Cookies, le principe est on ne peut plus simple. La jeune entreprise propose des pâtes à cookies fraîches prêtes à cuire. Un passage au four à 160° mi-hauteur et 12 minutes plus tard, vous obtenez de succulents cookies réalisés à partir de produits à 90% locaux (et oui, le cacao et la vanille, ça ne pousse pas trop par chez nous…), garantis sans cochonneries !

préparation de pâte à cookies Continuer la lecture

Le Bouchon, pépite culinaire de Nantes

C’est au calme de la charmante rue Bossuet que se niche une petite pépite de la scène culinaire nantaise : le Bouchon.

Si l’on apprécie d’entrée de jeu sa jolie façade à colombages, le Bouchon surprend ensuite par la modernité de son décor intérieur (coup de cœur pour les lampes tombantes) mais surtout pour sa TERRASSE.

Totalement invisible de la rue, le Bouchon possède une cour intérieure où les hôtes peuvent savourer un repas salué par le Guide Michelin, à l’ombre d’un superbe marronnier et le tout dans un calme insolent. Pas de bruit de moteur à l’horizon, juste le chant des oiseaux. GASP.

restaurant gastronomique nantes

Le kiff est réel

Continuer la lecture

Anne de Bretagne, l’étoile de la Plaine-sur-Mer

Vous me direz probablement que le jeu de mots était facile mais comment ne pas voir dans le Anne de Bretagne une lumière bienveillante ou un guide spirituel pour les gastronomes de la région ?

Car c’est bien une étoile au Guide Michelin que le restaurant arbore et honore avec une cuisine de terroir on ne peut plus technicienne.

Mais ce qui fait l’élégance de notre Duchesse, ce sont probablement ses formules déjeuner pensées pour satisfaire le plus grand monde. Avec un ticket d’entrée pour un menu entrée-plat-dessert à 39€ (du lundi au samedi s’il vous plaît !), l’inaccessible devient à notre portée le temps d’un repas. Et c’est justement de cette formule dont il est question aujourd’hui.

Avant toute chose, sachez qu’une formule à ce tarif comporte ce que j’ai beaucoup de mal à qualifier d’inconvénient : l’absence de choix. Le menu type « retour du marché » est en effet imposé par le Chef mais, de vous à moi, on ne prend pas grand risque non ?

Avec une très jolie vue sur la mer, difficile d’esquiver une cuisine de fraîcheur aux inspirations maritimes.

L’amuse-bouche nous fait plonger de suite dans « le grand bain » avec un corail de Saint-Jacques à l’algue, véritable shooter d’iode que j’ai accompagné d’un saké à la douceur incroyable (en supplément). <3

entrée restaurant étoilé anne de bretagne la plaine sur mer Continuer la lecture

Vanola : l’adresse lao-thaï tout en finesse de Nantes

Avec l’émergence de la street-food, le moins que l’on puisse dire, c’est que la cuisine thaï commence à se faire une place de choix dans le paysage culinaire français. Qu’il s’agisse du Tuk Tuk Thaï à Paris ou de Thaïgan à Nantes, l’offre est de plus en plus large et accessible pour notre plus grand plaisir.

La gastronomie thaï plus traditionnelle n’est cependant pas en reste avec des adresses qui ont fait leurs preuves et qui démontrent chaque jour combien les cuisines thaïlandaise et laotienne sont avant tout des cuisines de saveur et de finesse. Parmi elles, le Vanola se place probablement comme LA référence à Nantes.

Avec ses deux univers, l’un classique avec tables standards et chaises et l’autre asiatique avec coussins et tables basses, et son usage immodéré de la coriandre et de la citronnelle, le Vanola est une invitation au voyage. Si l’on ajoute à cela un menu déjeuner à 10 euros et des portions relativement copieuses, rien d’étonnant à ce que l’adresse fasse régulièrement carton plein.

Pour ce premier essai, j’ai choisi de me rendre au Vanola pour le dîner. A peine ai-je le restaurant dans mon angle de vue que le proverbe se rappelle à moi : ne jamais juger un livre à sa couverture. En effet, si de l’extérieur l’enseigne ne se distingue en rien d’un restaurant asiatique « classique », l’intérieur me fait vite revoir ma copie avec, comme je le disais plus haut, une salle d’inspiration asiatique où les hôtes peuvent prendre leur repas sur des coussins disposés à même le sol.

Rassurez-vous, si passer deux heures sur un coussin ne vous emballe guère, la salle occidentale à la décoration également soignée est faite pour vous.

Commençons ce Voyage au bout de la Terre avec une soupe de crevettes à la citronnelle, saveur récurrente dans la cuisine thaï.

entrée thailandaise au vanola à nantes Continuer la lecture